Par sa situation géographique, l'Arménie se trouve entre deux mondes, le monde oriental et le monde méditerranéen, mais elle est plus proche de ce dernier par son origine et surtout par sa culture et sa religion. Pendant la période antique, alors que l'art arménien était en voie de formation, l'influence iranienne a été aussi importante que l'influence hellénistique ; mais avec le triomphe du christianisme, et l'invention de l'alphabet, l'Arménie s'est rapprochée culturellement du monde méditerranéen plus qu'auparavant. Les traductions des oeuvres de l'antiquité, des écrits religieux grecs et syriaques, poursuivies au cours des siècles, ont exercé une grande influence sur la pensée des arméniens et les ont rendus plus réceptifs à certaines formes artistiques, surtout dans le domaine des arts figuratifs.

Avant d'essayer de dégager des traits caractéristiques dans les différents domaines de l'art arménien, un fait doit être mis en lumière. On connaît peu d'exemples d'un pays à l'histoire aussi tourmentée que celle de l'Arménie, ravagé par les guerres et les invasions, occupés par des puissances étrangères, souvent ennemies de sa religion, qui ait laissé un héritage artistique aussi riche. Les historiens mentionnent souvent les monuments et les trésors qui ont été détruits. Step'annos Orbélian rapporte, par exemple, qu'en s'emparant de la forteresse de Baghaberd, les turcs seldjoukides détruisirent dix mille manuscrits et objets précieux que les moines de Tat'ev et d'autres monastères de la province de Siounik' y avaient déposés pour plus de sécurité.

Les mémoriaux des manuscrits relatent les conditions difficiles du travail des scribes, obligés parfois de fuir d'un monastère à l'autre. Dès que les circonstances le permettaient, on se remettait à l'oeuvre : de nouvelles églises étaient fondées, et les activités menées plus loin en clandestinité
dans les monastères étaient poursuivies avec plus d'ardeur. Tous ces faits montrent une volonté de survie non seulement en tant qu'entité nationale, mais aussi par les créations artistiques.

[L'art Arménien, Sirapie der Nersessian Flammarion 1989]