1915-2008: 93 ans de négationnisme par l'Etat turc
et comme tous les ans, nous étions au rendez-vous pour commémorer le génocide, Place du Canada, devant le statue de Komitas.

Norvan_Zacharian
Monseigneur Norvan Zacharian, primat de l’Eglise apostolique arménienne à Paris, a rejoint le rassemblement après la messe.

Plusieurs représentants de partis politiques ont pris la parole, souvent pour "blablater", "c'est nous qui avons initié le vote de la pénalisation du génocide à l'assemblée nationale", les autres "c'est grâce à nous que le vote sur la reconnaissance du génocide en 2001 a été voté", ou encore "déjà à l'époque, nous avions posé le problème, dans l'indifférence totale malheureusement". Bref comme d'habitude.

 

Deux rescapées du génocide arménien ont témoigné: Ovsanna et Shamiram (101 ans et 94 ans).

KomitasAprès les discours, nous sommes allés déposés des oeillets autour et sur la statue de Komitas.

Puis cortège jusqu'à une agence de l'ambassade de Turquie sur les Champs. Depuis quelques années, nous n'avons plus le droit de nous diriger vers l'ambassade elle-même, nous avons dû changer de trajet (beaucoup plus court).

Et bien sûr, il pleut pendant la marche.

>> L'Arménie commémore le génocide et dans les rues de la capitale
>> Le message du président arménien
>> L'interview de Séta Papazian (Présidente du Collectif VAN)

Dans le même temps, aux Etats-Unis, le Président refuse toujours de parler de génocide dans son discours en mémoire des évènements de 1915.
et des pirates turcs ont hacké plusieurs sites internet français parlant du génocide.


Les discours (extraits):

Représentant PS:

"Pendant des décennies, ces évènements ont été nié et occultés. L'indifférence, la négation et l'impunité des responsables du génocide des Arméniens ont été un encouragement pour l'exécution d'autres génocides et crimes contre l'humanité commis au cours du 20e siècle."

Représentant UMP:

"La position de notre parti politique est aussi de demander à la Turquie son immense responsabilité, sa totale responsabilité dans ce génocide ce que jusqu'à ce jour, elle se refuse à faire."

"cette extermination, qui s'apparente parfois à une extermination cachée, à une extermination de la honte tant que la Turquie n'aura pas reconnu sa responsabilité, ne peut tout simplement pas être accepté, n'est tout simplement pas admissible."

Représentant PC:

"L'histoire n'est pas seulement une chose sérieuse, un sujet de recherche, de débats. L'histoire peut être un sentiment douloureux, d'injustice, d'inachevé, c'est le cas pour le génocide arménien."

"Lorsqu'en 1879, le Grand Vizir de l'Empire ottoman avait déclaré "nous supprimerons et ferons disparaitre à jamais le peuple arménien", ca me rappelle un autre personnage, détestable, qui avait dit pareillement pour les Juifs. C'est-à-dire que l'histoire se répète aussi longtemps que la clareté n'est pas faite, que justice n'est pas rendue."

Représentant de la communauté assyro-chaldéenne:

"Le génocide a été pensé comme l'outil de création d'une nation turque, homogène et nationaliste dans une anatolie turquifiée. Les organisateurs, tous membres du gouvernement de l'époque, ont ainsi délibérément détruit le patrimoine national de nos civilisations."

Représentant de la communauté chypriote-grecque:

"La Turquie falsifie l'histoire: "c'est la guerre", "c'étaient les Arméniens qui massacraient les Turcs", tout comme "ce sont les Grecs qui massacrent ces mêmes Turcs", tout comme "ce sont les Grecs qui ont mis le feu à Smyrne à 1922", tout comme jusqu'à aujourd'hui, "l'invasion de Chypre n'était absolument pas une invasion, mais une opération de paix". Ils disent qu'ils ont amené la paix à Chypre. Ils ont massacré, violé, ils ont fait la première opération ethnique du 20e siècle et, c'était une opération de paix."

"Et c'est cette Turquie-là qui frappe à la porte de l'Europe, tout en refusant de se conformer aux conditions et aux lois démocratiques en vigueur en UE."

Représentant de la communauté juive de France:

"Ce qu'on nous a souvent dit à propos du Rwanda, c'est que le contexte politique est encore trop frais 14 ans après, alors reconnaitre la réalité du génocide Tutsi, c'était pas forcément clair. Et lorsqu'on parlait du génocide arménien, on nous disait que la pénalisation du négationnisme n'a de sens que pour protéger la mémoire des rescapés, mais là on est plus de 90 ans après, est-ce qu'il y a encore véritablement des rescapés? est-ce qu'il faut véritablement pénaliser ce négationnisme? est-ce que c'est vraiment du négationnisme d'ailleurs? alors plus de 90 ans, c'était peut-être déjà trop tard."

"il y a depuis quelques années régulièrement des troubles à l'ordre public lorsqu'il y a des rassemblements de cette nature. Il y en a eu à Valence, à Marseille, c'est bien que la parole que vous portez est une parole qui dérange. Or c'est une parole juste, et une parole juste est une parole qui honore et la France s'honorerait à faire taire ceux qui veulent la faire taire."

Représentant du Grand orient de France:

Il y a eu "volonté d'un Etat, d'exterminer rationnellement, je dirais presque industriellement de détruite l'identité d'un peuple, d'une histoire, des hommes et des femmes tout simplement parce qu'ils étaient arméniens."

"Il appartient à la responsabilité du politique, du législateur dans certaines circonstances, de dire, non pas l'histoire, mais de dire qu'un certain nombre d'opinions sont tout simplement des délits. [...] Cette loi (Gayssot) qui condamne le négationnisme et le révisonnisme en ce qui concerne la Shoah, doit être étendu à l'égard du révionnisme et du négationnisme quant au génocide arménien."

>> Les photos