Déclaration des Alliés en mai 1915, un mois après le début des massacres de masse:

 

" En présence de ces nouveaux crimes de la Turquie contre l'humanité et la civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime Porte qu'ils tiendront personnellement pour responsables desdits crimes tous les membres du gouvernement ottoman, ainsi que ceux de ses agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres ".

 

Pour la première fois, sont envisagées des sanctions juridiques et politiques contre un chef d'Etat pour des exactions commises à son initiative sur ses propes sujets.

 

Le 25 janvier 1919, a été créée la Commission des responsabilités des auteurs de la guerre et des sanctions: elle met en place un système repressif pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité.

 

On a donc tenté de condamner les responsables du génocide arménien.

 

Le Traité de Sèvres du 10 Août 1920 a été accepté par le gouvernement turc qui devait livrer aux puissances alliées les responsables des massacres pour qu'ils soient jugés par un tribunal choisi par elles.
Il a accepté mais ne l'a jamais fait.
Ce Traité prévoyait pourtant la protection et la réparation pour les victimes arméniennes. Mais rien ne se passa.

 

90 ans plus tard, on en est au même point. Alors ceux qui disent qu'il n'y a jamais eu de jugement, c'ets vrai, mamheureusement. Parce que la Turquie ne se soumet pas comme ca, même quand elle est vaincue.

 

Un nouveau gouvernement est mis en place avec à sa tête Mustafa Kemal, héros national, et fierté des turcs car il "modernise" la Turquie. Seulement, dans son gouvernement, les responsables et organisateurs du génocide y ont leur place. Ils ont été réhabilités. La Turquie ne veut pas entendre parler de cette partie de son histoire car la Turquie moderne est fondé sur ce tabou. On ne doit pas le dire car ca remettrait en cause toute l'essence même de la Turquie, qu'on dit totalement détaché de l'Empire ottoman, or c'est faux. Les fondateurs de la Turquie actuelle, sont les responsables du génocide.

 

On est là pour faire retrouver sa mémoire à la Turquie.

 

(Cf. recyclage des criminels Jeunes-Turcs)