Le bilan en 1915 est de 1500000 Arméniens assassinés, soit les 2/3 de la population arménienne.
C’est pas fini car en 1917, le gouvernement parachève le génocide par offensive sur l’arménie orientale.
Le 28 mai 1918, l’Arménie proclame son indépendance.
Le 30 octobre 1918 , c’est la capitulation de l’Empire ottoman : il signe le traité de Sèvres (carte 1) et le « Procès des Unionistes » se déroule à Constantinople pour rendre Justice aux Arméniens. Mais les principaux responsables du génocide se sont enfuis en Allemagne. Ils ont été néanmoins condamnés à mort par contumace. Le procès n’a pas été clos mais il a prouvé la véracité des faits.
Les Français créent, en 1919, la « petite Arménie », foyer arménien en Cilicie.
Mais bien vite les Alliés se montrent bienveillant envers la Turquie face au bolchevisme.

Tous les Arméniens revenus dans leurs foyers après l’armistice de 1918 furent systématiquement chassés.

En 1920, Mustafa Kemal, le "Père de la Turquie moderne", donne l’ordre de liquider ce qui reste des Arméniens : 200000 victimes de la République d’Arménie, qui survit quand même grâce à l’intervention bolchevique.
La Turquie s’approprie tous les biens nationaux et individuels des Arméniens.
Le traité de Sèvres est annulé, pour laisser place au traité de Lausanne en 1923 (carte 2) : l’Arménie est réduite au minimum. Une bonne partie de l’Arménie ex-russe (20 000 km²) est cédée à la Turquie ; le Karabagh et le Nakhitchevan aux Azéris.
En 1922, les derniers massacres : à Smyrne visant les Arméniens et les grecs


Churchill dira : “ Dans le traité qui établit la paix entre la Turquie et les Alliés, l’histoire cherchera en vain le mot Arménie.


Depuis, 90 ans après le génocide, la Turquie a toujours opéré négationnisme d’Etat, négationnisme actif, puiqu’elle enseigne dans les écoles que non seulement il n’y a pas eu de génocide arménien mais qu’en plus il y a eu génocide contre les Turcs. Talaat Pacha, en vertu de cette propagande, a eu droit à une statue. Les églises continuent à être détruits ou sont laissées totalement à l’abandon. Presque plus d'Arménien ne vit en Turquie, sauf à Istanbul, mais ils ne disent pas qu’ils sont arméniens.


Tout s’est passé dans le silence absolu… Hitler a su se servir de cet exemple, mais cette fois, il y a eu un procès, qui a permis de qualifier ces actes de « génocide », et auquel on a donné le caractère imprescriptible.
Il faut dire aussi que bcp de Turcs ont secouru les enfants arméniens en les adoptant (Kemal lui-même, bizarre !). Mais ceux-ci ont donc été islamisés. Peut-être même qu’il y a des Turcs qui nient le génocide et qui pourtant sont arméniens à l’origine…

On a droit encore à ce genre de discours dans des forums: « D'autre part, sur le plan du droit, il est impossible de poursuivre la Turquie en raison d'un principe fondamental qui est celui de la non rétroactivité de la loi pénale. Ce principe signifie que nul ne peut être poursuivi en vertu d'un loi établie et promulguée antérieurement au crime pour lequel il est accusé. Je vous rappelle que la répression du crime de génocide a été adoptée par l'assemblée générale de l'ONU le 9 décembre 1948 donc bien après les faits incriminés qui se sont déroulés en 1915. »
« Moi je ne reconnais pas ce pseudo génocide. L'Etat français me donne le droit de ne pas le reconnaitre. Et je ne suis pas un négationniste pour autant, car le négationnisme ne concerne que la Shoah. »