Film d'Atom Egoyan sorti en 2002 >>CDCA

Résumé :

Un artiste peint le portrait de sa mère.

Un metteur en scène réalise le film de sa vie.Un adolescent passe la douane. 
Une jeune femme veut comprendre comment son père a disparu.

Une conférencière se sert de l'Histoire pour oublier la sienne.

Un acteur interprète dans le film de Saroyan un "méchant" sans en mesurer les conséquences.
 

Une seule histoire les réunit : celle de l'Arménie.
 

 

Un réalisateur, Edouard Saroyan (joué par Charles Aznavour), tourne à Toronto un film intitulé Ararat qui relate le génocide à travers les yeux du peintre arménien, Arshile Gorky. Celui-ci était enfant pendant les massacres et s’est enfui aux  Etats-Unis. Là-bas il reproduit une photo où il posent lui et sa mère, avant de se suicider.  


Ani
, veuve d’un militant arménien, experte de l’œuvre de Gorky, est embauchée pour garantir l’authenticité du film de Saroyan. 


Raffi, son fils, part en Turquie pour en rapporter des images des ruines des environs du Mont Ararat, berceau de la civilisation arménienne et lieu des horreurs du début du siècle.



Première (Saroyan ou Gorky), seconde (Ani et son mari, assassiné), et troisième génération (Raffi en quête de son histoire personnelle, et de l'Histoire de ses ancêtres) se retrouvent et s’entremêlent dans le fil d’Egoyan.

 

Ce n’est pas un film directement sur le génocide mais plus une étude sur le devoir de mémoire, sur notre obligation à ne pas laisser sombrer dans l'oubli de telles tragédies. Pour éviter que de pareilles atrocités se renouvellent, mais aussi pour éviter la perte pour tout un peuple d'une culture et d'un passé inhérent à chaque civilisation. 

 

Presse :


"Avec intelligence et finesse, il mélange petite et grande histoire, l'enquête sur le suicide d'un père et la reconstitution de l'extermination d'un peuple. Le puzzle s'achève sur un point d'orgue flamboyant et émouvant dans lequel les liens de filiation renoués annoncent une communauté renforcée, une humanité retrouvée". Zurban - Claire Vassé 

"Une oeuvre qui passionnera ceux qui s'interrogent sur leur culture et leur identité". Le Point - François-Guillaume Lorrain

"L'ampleur du sujet méritait peut-être un traitement encore plus fort émotionnellement. Mais la présence de Charles Aznavour ajoute au symbolisme de l'acte filmé, et Arsinée Khanjian réussit une composition bouleversante. Une oeuvre à la fois personnelle et universelle." Monsieur Cinéma - Olivier Pélisson

 

Effets :


- Avant même la diffusion du film dans les salles, le gouvernement turc a cherché à faire pression pour empêcher le tournage et la sortie du film.


- Ararat a été présenté à Cannes hors-compétition.


- La représentation turque a communiqué que "les dramatiques événements survenus lors de la Première Guerre mondiale ont fait des victimes dans l'ensemble de la population de la région, tant musulmane qu'arménienne". "Nous rappelons à ce propos que l'évidence n'est pas du tout établie pour convaincre les historiens turcs et occidentaux que ces événements doivent être qualifiés de "génocide'".